Qui peut ouvrir une maison de retraite?

Compte tenu du vieillissement de la population, l’ouverture d’une maison de retraite est un investissement qui peut être très rentable. À ce titre, de nombreuses personnes physiques se lancent dans la création de ces établissements pour personnes âgées. Cependant, l’ouverture d’un centre de retraite n’est pas accordée à tout le monde.

Le niveau d’étude ou diplôme obligatoire pour ouvrir une maison de retraite

L’ouverture d’une maison de retraite est soumise à un ensemble de procédures administratives. D’abord, pour diriger ou ouvrir ce genre de structure sociale, l’État français exige de posséder une qualification relative au domaine.

A découvrir également : Les étapes essentielles pour mener à bien son projet d'achat immobilier

Il s’agit en effet d’avoir :

En général, si vous êtes détenteur d’une licence ou d’un master vous êtes autorisé à ouvrir ce genre d’institut. À défaut, il est impératif de brandir le certificat délivré par les Instituts régionaux du travail social. L’un ou l’autre de ces niveaux d’études est exigé, quelle que soit la forme de maison de retraite que vous souhaitez ouvrir.

Il existe sur le marché, deux formes distinctes de maisons de retraite que sont les centres d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et les établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPA). Comme leur nom respectif l’indique, les premiers établissements sont des structures médicalisées contrairement aux seconds.

Les exigences administratives relatives à l’ouverture d’un EHPAD ou EHPA

Pour ouvrir une maison de retraite médicalisée, il est impératif de recevoir une autorisation de l’agence régionale de santé (ARS). En réalité, l’obtention cet agrément est soumis à la signature d’une convention avec l’administration qui la délivre. Cependant, l’ouverture des EHPAD est validée par le Comité régional d’organisation sanitaire et médico-social (CROSMS).

A contrario, la création d’un EHPA n’est point soumise à autant d’exigences administratives. En effet, la personne physique responsable de l’enseigne doit obtenir au préalable une autorisation du département français qui abrite la maison de retraite non médicalisée. De ce fait, il faut préparer et déposer un dossier détaillé.

Cependant, que ce soit pour l’ouverture d’un EHPAD ou EHPA votre projet d’entreprise doit intégrer le schéma gérontologique départemental. Il s’agit d’une feuille de route qui fixe les objectifs de localisation, les capacités et les services relatifs à la gestion d’une maison de retraite.

Les normes à respecter pour l’ouverture d’une maison de retraite

La maison de retraite est classée parmi les entreprises fournissant des services aux personnes. Ainsi, elle doit respecter une réglementation précise en ce qui concerne l’hygiène et les soins des habitants.

Il s’agit de respecter les règles de lavage des mains, le protocole pour la toilette… Par ailleurs, il est possible d’ouvrir une résidence non médicalisée de services pour seniors. Cet établissement propose des logements personnels et des services collectifs aux personnes âgées.

Les financements disponibles pour ouvrir une maison de retraite

Ouvrir une maison de retraite nécessite des investissements considérables. C’est pourquoi, vous devez connaître les différents financements disponibles. Les aides à la création d’entreprise et les subventions sont des solutions. La BPI France peut aussi vous aider dans cette démarche.

L’investissement en immobilier locatif est un moyen pour obtenir du financement. Effectivement, certains organismes prêteurs préfèrent octroyer un crédit si le projet comporte une dimension immobilière.

Il existe des niches fiscales qui permettent de réduire fortement les charges liées au projet, tels que le dispositif Censi-Bouvard ou encore la loi Pinel. Toutefois, ces derniers sont soumis à des conditions et varient selon chaque situation.

Il est donc nécessaire de bien s’informer avant d’envisager l’ouverture d’une maison de retraite afin de trouver le meilleur financement possible pour mener à bien ce projet ambitieux.

Les compétences et qualités nécessaires pour diriger une maison de retraite avec succès

Ouvrir et diriger une maison de retraite est une tâche complexe qui nécessite certainement des compétences et qualités particulières. Effectivement, vous devez être en mesure d’assurer la sécurité, le bien-être ainsi que la qualité des soins offerts aux résidents.

La première qualité requise est l’empathie. Vous devez posséder une grande capacité d’écoute pour comprendre les besoins spécifiques de chaque personne âgée. La patience et la compassion sont aussi des vertus essentielles pour gérer ce type d’établissement.

Le sens de l’organisation est fondamental dans le processus de gestion. Vous serez responsable du planning du personnel médical, paramédical ou encore de celui lié à l’alimentation.

Les compétences managériales sont aussi importantes : savoir motiver votre équipe mais aussi la fédérer autour d’un projet commun. Vous devrez aussi assurer un bon suivi administratif : veiller à respecter les conventions collectives, gérer les plannings, etc.

Avoir une connaissance approfondie du secteur sanitaire et social est incontournable pour diriger avec succès votre établissement tout en garantissant sa rentabilité financière. Cette expérience professionnelle préalable sera un atout considérable lorsqu’il s’agira de prendre des décisions cruciales concernant vos résidents, comme par exemple leur choix d’hospitalisation si nécessaire.

Il faut souligner qu’une formation reconnue peut donner une crédibilité supplémentaire aux projets de création de maison de retraite. Des formations telles que le Certificat d’aptitude à la direction des établissements sanitaires et sociaux (CADESS) ou encore le Diplôme universitaire en gestion des établissements pour personnes âgées (DUGEPA) sont autant d’exemples prouvant votre professionnalisme aux yeux du personnel médical, des résidents et de leurs proches.

La réussite d’une maison de retraite repose sur l’équilibre entre une organisation rigoureuse, un management bienveillant ainsi qu’un accompagnement humain adapté au rythme singulier de chaque pensionnaire.