Quelles aides pour les femmes veuves ?

Quand une femme perd son compagnon de vie et ne se remarie pas, elle se retrouve en situation de viduité. Avec ce statut de veuve, elle a droit à des aides financières qui lui permettront de couvrir certains frais et de satisfaire ses besoins. De quelles aides s’agit-il ? Si vous désirez avoir plus d’informations sur ces allocations, poursuivez la lecture de cet article.

L’allocation veuvage

Il s’agit d’une aide financière qui s’adresse aux veuves de moins de 55 ans qui résident en France. Elle vous permet d’avoir un peu de ressources pour survivre jusqu’à ce qu’a la reprise de vos activités par exemple. Pour bénéficier de l’allocation de veuvage, vous devez être mariée ou pacsée avec le défunt avant sa disparition. Une concubine ne peut prétendre à cette aide. Il faut également que votre conjoint ait cotisé à l’assurance vieillesse sur 3 mois minimum durant l’année qui précède son décès. Vos revenus mensuels doivent en outre être inférieurs à 781,62 euros.

A lire également : Comment réparer un tuyau qui suinte ?

La pension de réversion

Après le décès du conjoint, la veuve a la possibilité de percevoir 50 à 60 % de la retraite de celui-ci : c’est la pension de réversion. Elle est destinée aux femmes qui remplissent tous les critères d’éligibilité. En effet, pour obtenir cette allocation vous devez être âgée de 55 ans au moins. Il faut également que vous soyez unie au défunt par un acte de mariage. En outre, les ressources annuelles de la veuve doivent être en deçà de 33 779,20 euros pour celles qui vivent en couple et de 21 112 euros pour celles qui sont seules. Le montant de la pension de réversion dépend de vos revenus, du nombre de vos enfants et de la durée de cotisation.

La pension d’invalidité

Le décès du compagnon peut donner droit à une pension d’invalidité si la veuve est âgée de moins de 55 ans et atteinte d’une impotence. La conjointe survivante doit également pouvoir justifier que son époux décédé bénéficiait d’une pension de retraite ou d’invalidité à sa disparition. Cette allocation équivaut à 54 % de la pension que percevait le défunt. Elle est majorée de 10 % pour celles qui ont élevé au minimum trois enfants durant plus de 9 ans avant qu’ils aient 16 ans.

Lire également : 5 postures de yoga à faire le matin pour bien se réveiller

L’allocation décès de Pôle emploi

L’allocation décès de Pôle Emploi est accordée aux femmes mariées, pacsées ou en concubinage avec un demandeur d’emploi décédé. Ce dernier doit être en période de différé d’indemnisation ou en cours d’indemnisation : c’est la condition pour bénéficier de cette aide. Celle-ci équivaut à 120 fois la somme quotidienne de l’allocation du défunt. Lorsque vous avez des enfants à charge, ce montant est majoré de 45 fois l’allocation journalière pour chacun d’eux.